14 conseils pour être plus productif au travail et dans votre vie privée

 

14 conseils pour être plus productif au travail et dans votre vie privée

14 conseils pour être plus productif au travail et dans votre vie privée

Dans cet article, vous découvrirez 14 conseils pour être plus productif au travail et dans votre vie privée.

Les principes qui suivent sont le fruit de la recherche scientifique et de notre expérience en matière de gestion du temps et de productivité.

En suivant ces principes, vous serez capable non seulement de devenir plus performant mais également de ressentir un meilleur bien-être et une plus grande satisfaction jour après jour.

Découvrez tout de suite nos 14 conseils pour être plus productif au travail et dans votre vie privée.

1 – Prenez en compte vos rythmes circadiens et votre chronotype

2 – Créez un rituel matinal efficace

3 – Ne procrastinez pas et posez les 3 actions les plus importantes de la journée

4 – Poursuivez des objectifs motivants et de plus en plus exigeants

5 – Développez une vision motivante de la vie que vous souhaitez créer et expérimenter

6 – Planifiez vos moments de détente

7 – Gardez une trace écrite de vos réussites et apprentissages

8 – Éliminez ce qui vous enlève de l’énergie physique ou mentale et renforcez ce qui vous en donne

9 – Communiquez avec précision vos besoins à vous-même et aux autres

10 – Planifiez des blocs temporels plus longs pour gérer une longue tâche et la terminer

11 – Limitez les distractions

12 – Ecoutez de la musique

13 – Développez des habitudes plus productives

14 – Visualisez-vous productif

1 – Prenez en compte vos rythmes circadiens et votre chronotype

Comment devenir productif sans prendre en compte votre niveau d’énergie ?

C’est pour cette raison que mon premier conseil est de prendre en compte la qualité de votre sommeil.

Les recherches montrent que la qualité de votre sommeil joue un rôle essentiel dans votre productivité. Plus précisément, les rythmes circadiens ont un impact sur comment vous vous sentez et sur ce que vous êtes en mesure d’accomplir.

Les variations de la performance peuvent être le résultat de rythmes circadiens dans les processus cognitifs qui sont cruciaux pour l’exécution de toutes les tâches.

Le sommeil, la somnolence et les performances changent également au cours de la journée en raison de l’interaction entre rythmes homéostatique et circadien et la somnolence est généralement considérée comme ayant des effets néfastes sur les performances à l’école ou au travail.

En résumant, améliorer notre style de vie en y intégrant l’impact des rythmes circadiens et homéostatiques peut vous permettre d’améliorer autant votre bien-être que votre productivité.

Votre productivité dépend également de notre capacité d’attention, en ce sens Valdez (2019) montre que les composantes de l’attention sont faibles le matin (07h à 10h), principalement parce que les rythmes circadiens atteignent leur point le plus bas à cette heure de la journée. L’inertie du sommeil contribue également à ce faible niveau d’exécution. L’attention s’améliore vers midi (10h à 14h), mais il y a une diminution après le déjeuner (14h à 16h) (l’exécution est de meilleure qualité), l’exécution est de mieux en mieux l’après-midi et en début de soirée (16h à 22h). Enfin, l’attention diminue à nouveau de nuit (de 22h à 04h) et atteint son plus bas niveau à l’aube et tôt le matin (de 04h à 07h). Ces changements de performances s’appliquent approximativement à une personne qui dort habituellement de 23h à 07h et avec un chronotype intermédiaire. La durée de la performance cognitive est importante pour programmer les activités quotidiennes, telles que le calendrier scolaire, le temps alloué aux études, au sport ou au travail, ainsi que pour la programmation de tests académiques, médicaux, psychologiques ou neuropsychologiques.

En résumant, notre performance dépend de la prise en compte des rythmes circadiens et plus précisément des spécificités de notre chronotype.

Mais qu’est-ce-que c’est le chronotype ?

Le chronotype représente le type de préférence d’une personne : certaines personnes préfèrent et se sentent mieux lorsqu’elles effectuent leurs activités le matin (type matin), d’autres préfèrent réaliser leurs activités le soir (type soir) et d’autres ne montrent aucune préférence, elles peuvent mener leurs activités à tout moment de la journée (type intermédiaire). Le chronotype d’un individu est un trait très stable. Les personnes du type matin montrent une avance de phase et les personnes du soir, un retard de phase des rythmes circadiens.

En résumant, en identifiant votre chronotype, à savoir l’intervalle dans la journée pendant lequel vos ressources sont au maximum et que vous vous sentez le mieux, que vous pouvez être plus productif en accomplissant davantage.

Si vous faites partie de ces personnes qui sont constamment fatiguées, cela peut être le signe que vous ne dormez pas suffisamment ou que votre sommeil n’est pas de bonne qualité.

Comme le montrent les recherches, la privation de sommeil affecte l’amplitude des rythmes de la performance cognitive. Plus la privation de sommeil est grande, plus l’exécution est détériorée tout au long de la journée, avec une diminution plus importante le matin, la baisse après le déjeuner et les premières heures de la nuit.

Conseil opérationnel : identifiez votre chronotype et dormez suffisamment

La première étape consiste à identifier avec précision votre chronotype.

Voici quelques questions pour commencer à l’identifier :

Comment vous sentez-vous au réveil ?

A quel moment de la journée vous sentez-vous le plus en forme ?

A quel moment de la journée éprouvez-vous le plus de difficultés à vous concentrer ?

Pour aller plus loin dans l’identification de votre chronotype, nous avons trouvé une ressource en ligne qui vous permet de connaître votre chronotype.

La deuxième étape consiste à identifier si votre sommeil est quantitativement et qualitativement adapté.

Pour cela, calculez dans un premier temps combien de temps vous dormez en moyenne chaque nuit.

Si ce temps est inférieur à 7 heures de sommeil et que vous vous sentez fatigué, commencez à incrémenter de 30 minutes la durée de votre sommeil jusqu’à vous rapprocher de ce seuil minimal. 

Si vous dormez 7 heures ou plus, vous devez améliorer la qualité de votre sommeil. Par exemple, créez un rituel qui vous permet de vous détendre suffisamment avant d’aller vous coucher.

En résumant, disciplinez-vous à vous coucher et à vous lever le plus possible à la même heure afin de prendre en compte vos rythmes circadiens.

Puis, dans la limite du possible, adaptez la planification et la réalisation de vos tâches à vos rythmes circadiens. Si vous êtes une personne du matin, effectuez vos tâches les plus importantes à ce moment de la journée.

Maintenant que vous avez compris l’importance des rythmes circadiens et du chronotype sur votre productivité, vous êtes prêt à passer au deuxième conseil sur comment être plus productif, à savoir, en suivant un rituel matinal efficace.

2 – Créez un rituel matinal efficace

De nombreux experts en productivité montrent l’importance de créer et suivre un rituel matinal ou morning ritual.

Mais avant de vous présenter les avantages du rituel matinal, il me semble important de définir ce que l’on entend par rituel.

Le rituel est suivi selon une séquence fixe et défini comme un « type d’activité expressive et symbolique construite à partir de comportements multiples se déroulant dans une séquence fixe épisodique et ayant tendance à se répéter dans le temps» (Rook, 1985).

Le rituel est donc une succession d’activités répétées dans un ordre précis qui deviennent une habitude pour la personne qui les suit. Pour qu’un comportement devienne une habitude, il est essentiel qu’il soit répété suffisamment. Mais la répétition n’est pas le seul facteur à prendre en compte dans l’établissement d’un rituel matinal.

Plus précisément, Neal et Wood (2015) montrent que l’établissement de nouvelles habitudes dépend, autant des objectifs des individus, que de facteurs contextuels lorsque ces habitudes ne sont pas encore assez fortes mais, que lorsqu’elles le deviennent, les facteurs contextuels ont plus d’impact car le comportement devient une sorte d’automatisme.

Cela signifie que lorsque vous décidez de suivre une routine matinale, au début il est important de vous appuyer autant sur vos objectifs et donc sur les motivations qui vous poussent à les poursuivre que sur des facteurs contextuels qui en facilitent leur réalisation.

Mais pourquoi avoir de bonnes habitudes est si important ?

Neal, Wood et Drolet (2013) montrent que les processus liés à la mise en œuvre d’une habitude peuvent améliorer l’adhésion aux objectifs lorsque l’auto-contrôle est faible.

La mise en place d’une habitude permet donc de pallier une faible motivation. Cela probablement parce que plus l’habitude se renforce et moins l’individu doit s’appuyer sur la volonté.

En résumant, la mise en place de nouvelles habitudes cohérentes avec vos objectifs en facilite leur réalisation même en cas de faibles niveaux de motivation et d’auto-contrôle.

Un autre avantage important de suivre une routine matinale est surtout l’état mental qu’elle vous permet d’expérimenter.

Une bonne routine matinale doit vous permettre :

  • d’expérimenter un état mental de bien-être
  • d’améliorer vos énergies physiques
  • d’acquérir de nouvelles compétences

En résumant, une bonne routine matinale doit vous permettre de démarrer votre journée dans les meilleures conditions possibles. De cette façon, vous partirez sur de bonnes bases pour accomplir plus en vous sentant au top.

Avant de passer au conseil opérationnel, je voudrais souligner que l’habitude de se lever très tôt le matin est particulièrement adaptée aux personnes qui sont très performantes le matin ou éventuellement pour les personnes ayant un chronotype intermédiaire. Si vous vous sentez plus performant dans l’après-midi et le soir, cette habitude n’est pas adaptée et vous risquez d’avoir un impact négatif sur votre bien-être.

Conseil opérationnel : choisissez votre routine matinale et transformez-la en une nouvelle habitude productive

Pour vous donner un exemple très simple, si votre routine du matin commence avec de la méditation, préparez à l’avance le type de méditation que vous allez suivre sur votre téléphone et un casque et une chaise préférée afin de faciliter votre début de routine. Ensuite, faites cela pour les autres parties de votre routine et vous verrez que vous aurez de meilleures chances de l’accomplir.

En même temps, vous pouvez dessiner un tableau avec trois colonnes. Dans la première vous allez lister vos routines, dans la deuxième les avantages de chaque routine et dans la dernière la contribution de cette routine à votre objectif et à votre bien-être.

C’est en combinant des facteurs contextuels avec des facteurs motivationnels, que vous aurez de meilleures chances de créer un rituel matinal vraiment efficace et d’en faire une habitude qui vous permettra de devenir plus performant.

Maintenant que vous avez compris l’importance de développer une routine matinale, vous êtes prêt à découvrir notre troisième conseil, à savoir, vaincre la procrastination, en particulier pour accomplir les 3 actions les plus importantes de votre journée.

3 – Ne procrastinez pas et posez les 3 actions les plus importantes de la journée

Ce conseil doit être suivi en l’adaptant à votre chronotype. C’est en fonction de ce dernier, que vous programmerez les actions les plus importantes de votre journée lorsque vous serez le plus productif.

Si vous êtes une personne du matin, posez vos actions les plus importantes de la journée le matin.

Si vous avez un profil intermédiaire, vous pouvez programmer les actions autant le matin que dans l’après-midi.

Si au contraire vous êtes plus énergique l’après-midi et le soir, programmez dans la limite du possible vos activités importantes à ces moments-là.

Priorisez vos actions les plus importantes, planifiez-les en fonction de votre chronotype et exécutez-les avant les autres tâches.

Si vous vous retrouvez à procrastiner, cela peut dépendre du fait que vous ne prenez pas en compte votre chronotype.

Si votre procrastination est indépendante de ce dernier, je vous conseille de lire les deux articles suivants dans lesquels je développe en profondeur ce sujet, à savoir, 10 conseils hors du commun pour arrêter de procrastiner et comment vaincre la procrastination au travail et à la maison.

Si vous procrastinez encore, il est important de comprendre pourquoi ce phénomène se produit. Il est possible que vos objectifs et donc vos actions ne soient pas alignés avec vos valeurs les plus importantes. Dans ce cas, je vous conseille de découvrir l’article comment faire une to-do list, dans lequel ce thème est traité en profondeur.

Si vous souhaitez devenir plus productif, votre objectif primaire consiste à maximiser votre efficacité dans les moments dans lesquels votre propre empreinte génétique vous donne accès à la plupart de votre énergie physique et mentale.

Pour cela, le soir, avant d’aller vous coucher, programmez vos 3 actions les plus importantes du lendemain en prévoyant un temps suffisamment long pour les accomplir.

L’une des difficultés les plus communes après la procrastination est la difficulté à évaluer le temps nécessaire pour réaliser une tâche.

Pour résoudre ce problème, je vous conseille d’allouer à vos tâches un temps supplémentaire à celui prévu initialement. Si par exemple, vous aviez prévu 1h30 pour chacune de vos tâches importantes, donnez-vous au moins deux heures par tâche. De cette façon, vous aurez de meilleures chances de les accomplir et vous programmerez moins de tâches de moindre importance.

Conseil opérationnel : identifiez en amont ce qui pourrait vous faire procrastiner ou vous empêcher de réaliser vos tâches prioritaires

C’est une chose de planifier mais c’est autre chose de planifier en maximisant vos chances de réussite. Dessinez un tableau de quatre colonnes, et écrivez dans la :

  • première, vos 3 tâches les plus importantes de la journée
  • deuxième, ce qui vous pourrait vous faire procrastiner cette tâche
  • troisième, les actions que vous pouvez poser en amont pour éviter cette procrastination
  • quatrième, les ressources matérielles ou humaines dont vous avez besoin de disposer pour éliminer toute barrière à l’accomplissement de votre top 3

Répétez l’exercice précédent en y intégrant tout ce qui pourrait vous empêcher d’accomplir ces 3 actions.

Procéder ainsi, vous permettra de partir sur d’excellentes bases pour maximiser vos chances de réussite.

Maintenant que vous avez compris l’importance de focaliser vos énergies sur les 3 actions les plus importantes de la journée, vous êtes prêt à découvrir notre quatrième conseil, à savoir, poursuivre des objectifs motivants et de plus en plus exigeants.

4 – Poursuivez des objectifs motivants et de plus en plus exigeants

Parfois, vous avez l’impression d’avancer dans votre vie professionnelle car vous vous fixez des objectifs et vous posez au quotidien les actions nécessaires pour les atteindre.

Mais comment peut-on être vraiment certain d’être en train d’exprimer notre potentiel au plus haut niveau ?

Le meilleur moyen pour le découvrir est de vous challenger constamment pour dépasser les limites de ce que vous considérez possible ou acceptable pour vous.

Faire cela, vous permettra de progresser plus rapidement et de dépasser les barrages inconscients qui vous empêchent de créer une vie encore plus riche.

En revanche, ne commettez pas l’erreur de ne pas apprécier vos progrès et vos petites réussites car profiter de ces moments est important pour développer l’estime de soi et être vraiment heureux dans votre vie.

Développez l’habitude de vous fixer de nouveaux défis pour briser l’idée que vous avez construit de ce qui est possible.

Puis, fixez-vous et poursuivez des objectifs de plus en plus exigeants et motivants.

Faire cela, vous permettra jour après jour de faire évoluer positivement votre identité. De cette façon, vous croirez encore plus en votre potentiel et vous poserez les actions indispensables à votre réussite professionnelle et personnelle.

Mais pourquoi est-il si important de poursuivre des objectifs de plus en plus importants ?

Les recherches en psychologie montrent que le niveau d’importance que l’on attribue à un objectif a un effet positif sur la possibilité de l’atteindre, Nurmi et al. (2002).

De plus Beattie et al. (2015) montrent que le niveau d’importance d’un objectif a un impact positif sur l’auto-efficacité et donc sur l’atteinte d’un objectif. Et du moment que l’auto-efficacité a un effet sur la productivité, on peut conclure qu’en poursuivant un objectif important on augmente également notre productivité.

Conseil opérationnel : poursuivez tous les jours des objectifs importants pour vous

Ce conseil s’applique notamment à vos 3 objectifs les plus importants de l’année.

Préparez un tableau de trois colonnes et écrivez dans la :

  • première, vos 3 objectifs les plus importants de l’année
  • deuxième, pourquoi chaque objectif est si important pour vous
  • troisième, augmentez davantage l’importance de chaque objectif en l’associant à vos motivations les plus profondes

En organisant votre to-do list autour de 3 objectifs, vous serez en mesure de devenir plus productif et épanoui au travail et dans votre vie privée.

Maintenant que vous avez compris la valeur de poursuivre des objectifs importants et de plus en plus exigeants, vous pouvez passer à notre cinquième conseil sur comment devenir plus productif, à savoir, en développant une vision motivante de la vie que vous souhaitez créer et expérimenter.

5 – Développez une vision motivante de la vie que vous souhaitez créer et expérimenter

Faire évoluer votre identité vous aidera à créer une vision de plus en plus claire de la vie que vous aimeriez expérimenter pour vous-même et pour les personnes que vous aimez.

Sans cette vision, il est difficile de disposer de la motivation nécessaire pour agir au quotidien.

En outre, la science de la définition des objectifs a montré à plusieurs reprises qu’il est plus probable d’atteindre un résultat lorsque l’on développe une vision extrêmement précise de ce que l’on souhaite.

Si vous souhaitez créer une vie à la hauteur de vos rêves et de ce que vous méritez, vous ne pouvez pas juste vous contenter de vous fixer des objectifs et de poser les bonnes actions.

En parallèle, vous devez créer et mettre constamment à jour une vision claire de ce qui va vous rendre heureux et de ce qui va vous permettre de vivre une vie à la hauteur de vos ambitions et de la contribution que vous souhaitez apporter aux autres.

Puis, renforcez cette vision de ce que représente le succès pour vous en expérimentant mentalement ce succès tous les jours avant qu’il se manifeste en vrai dans votre existence.

Pour y arriver, vous pouvez vous servir des techniques de visualisation et de méditation.

Un autre moyen de créer cette vision motivante de votre idéal de vie consiste à développer votre enthousiasme. En ce sens, Milton (1965) et Liu, Chen et Yao (2012) montrent que l’enthousiasme a un impact positif sur la créativité et du moment que la créativité a un effet positif sur la capacité à gérer le temps de façon efficace, le fait d’être enthousiaste de son futur peut avoir un impact positif sur la productivité.

En résumant, l’attitude enthousiaste envers la vie permet d’avoir accès à la globalité de notre potentiel mental, d’être plus créatif, d’innover et d’être beaucoup plus efficace. Au final, tous ces facteurs maximisent nos chances de réussite.

Conseil opérationnel : augmentez votre enthousiasme

Répondez aux questions suivantes :

Qu’est-ce qui vous rend enthousiaste dans la vision idéale de votre vie ?

Cette vision est-elle suffisamment motivante ou avez-vous besoin de la changer ?

Qu’est-ce qui vous rendrait plus enthousiaste ?

Avez-vous identifié vos motivations les plus profondes pour vous rapprocher de cet idéal ou avez-vous besoin de vous questionner davantage pour devenir encore plus enthousiaste ?

Répondre à ces questions vous permettra de comprendre si votre niveau d’enthousiasme est suffisant ou pas. Si vous vous sentez enthousiaste, vous serez en mesure de mobiliser plus d’énergies et de développer votre créativité car vous aurez accès à vos motivations les plus puissantes. Agir ainsi vous permettra de trouver de nouvelles solutions que vous planifierez et mettrez rapidement en exécution pour atteindre vos objectifs les plus importants de l’année.

Identifiez ce qui vous empêche d’être enthousiaste aujourd’hui. Il peut s’agir d’une croyance personnelle ou de l’influence négative d’une personne de votre entourage.

Comprenez ce qui est en train de réduire votre enthousiasme et faites de votre mieux pour changer les événements à votre avantage.

Maintenant que vous avez compris l’importance d’être enthousiaste de la vision de votre idéal de vie, vous pouvez passer au sixième conseil sur comment devenir plus productif, à savoir planifier vos moments de détente pour gérer le stress et garder une bonne productivité.

6 – Planifiez vos moments de détente pour gérer le stress et garder une bonne productivité

Les moments de détente et les pauses sont indispensables pour votre bien-être et votre productivité.

Certains experts en productivité tendent à voir ces moments comme des éléments non utiles car peu importants.

Mais ils se trompent car ces moments sont des bouffées d’oxygène qui vous permettent d’être productif sans perdre votre santé. En outre, ces activités répondent souvent à des besoins inconscients importants en lien avec votre identité et sont très importants pour réduire le stress et préserver un bon état de santé. Halkos et Bousinakis (2010) montrent que le stress réduit la productivité et que la satisfaction au travail l’améliore.

Un moyen pertinent de gérer efficacement le stress est la pratique de la méditation ou pleine conscience. En ce sens, Fajardo (2019) montre que la pratique de la pleine conscience au travail permet d’améliorer la productivité car les participants sont capables de mieux gérer le stress, se concentrer davantage et se refocaliser plus rapidement sur leur travail.

Dababneh et al. (2010) montrent que donner des pauses supplémentaires aux salariés n’a aucun impact négatif sur la productivité.

Largo-Wigt et al. (2017) montrent qu’effectuer des pauses à l’extérieur réduit le stress de façon beaucoup plus importante par rapport aux pauses effectuées dans le lieu de travail.

Les pauses sont une méthode de récupération et sont importantes car elles permettent de reconstituer les ressources et d’accroître la productivité des travailleurs (Tucker, 2003).

Hunter et Wu (2015) montrent que le fait de choisir le moment de la pause et d’effectuer une activité agréable pendant la pause permettent de récupérer davantage les énergies.

Plus précisément, les activités liées à l’apprentissage de quelque chose de nouveau, à la création de sens et à l’établissement de relations positives au travail sont associées à une plus grande énergie expérimentée et à une fatigue moindre.

Enfin, Li, Xu et Fu (2019) montrent que la mise en place de plusieurs pauses fixes raisonnables augmente l’efficacité du travail, améliore la satisfaction des employés et réduit le temps d’exécution.

Maintenant que vous avez pris conscience de l’importance de ces moments de détente, vous avez la responsabilité de programmer vos pauses aux bons moments.

Mon conseil est de programmer ces espaces de détente tout de suite après avoir terminé l’une des trois activités les plus importantes de votre journée.

De cette façon, vous aurez rechargé vos batteries et vous serez en mesure de passer à l’action successivement dans les meilleures conditions.

En revanche, ne commettez pas l’erreur de programmer ces pauses avant vos 3 activités les plus importantes ou à la fin de la journée.

Si vous faites cela, vous perdrez en productivité ou vous risquerez de ne jamais avoir ces moments de détente en vous épuisant et en risquant le burn-out professionnel ou personnel.

Conseil opérationnel : programmez des moments de détente agréables

Dans votre to-do list, planifiez des moments de détente en procédant de la façon suivante, définissez une liste de pauses :

  • à des horaires qui vous conviennent
  • agréables pour vous
  • davantage à l’extérieur
  • vous permettant de voir vos difficultés de plusieurs perspectives
  • pendant lesquelles vous apprenez quelque chose qui vous intéresse

Suivre ces conseils vous permettra d’améliorer votre productivité, de réduire votre stress et de vous épanouir davantage au travail.

Maintenant que vous avez pris conscience de l’importance de planifier des moments de détente opportuns dans votre to-do list, vous pouvez passer à notre septième conseil, à savoir, garder une trace écrite de vos réussites et apprentissages.

7 – Gardez une trace écrite de vos réussites et apprentissages

Gardez une trace écrite de vos succès et des leçons que vous avez tirez dans la journée est essentiel pour prendre conscience de votre évolution professionnelle et personnelle.

C’est pour cette raison que la journalisation de votre journée est une étape importante pour être plus productif jour après jour, semaine après semaine, mois après mois et année après année.

Mais qu’est-ce que c’est la journalisation ?

La journalisation sous ses différentes formes est un moyen d’enregistrer des pensées personnelles, des expériences quotidiennes et l’évolution des idées.

Mais créer un historique de vos expériences quotidiennes présente également un autre avantage. Cela permet de mieux faire face aux inévitables difficultés auxquelles vous serez exposées. En ce sens, Ullrich et Lutgendorf (2002) montrent que le fait d’écrire par rapport à des événements stressants en se focalisant autant sur l’aspect rationnel qu’émotionnel de l’événement, permet de développer une meilleure prise de conscience des effets positifs de cet événement.

Mais l’écriture devient un véritable instrument de développement personnel seulement si elle permet de réinterpréter les événements de façon plus constructive. Comme le souligne Pennebaker (1997), ce n’est pas seulement le fait d’écrire sur un événement bouleversant et de laisser aller la tension qui a un effet positif, mais plutôt le sens que l’individu donne à ces événements.

Enregistrer et donner du sens à ce que vous vivez au travail, comme dans votre privée, est un moyen efficace autant pour faire face aux difficultés quotidiennes mais également pour voir les événements dans une perspective beaucoup plus ample.

En même temps, enregistrer vos accomplissements et apprentissages peut avoir un impact positif sur votre état mental comme le montrent Seligman, Steen, Park et Peterson, (2005). Selon ces auteurs, écrire à propos d’événements positifs, rend plus heureux et réduit les symptômes dépressifs.

Un exemple très significatif de cela est le fait d’expérimenter des émotions agréables. Rash, Prkachin et Matsuba (2011) montrent que les participants dans la condition de gratitude affichaient des niveaux plus élevés d’estime de soi et de satisfaction à l’égard de la vie.

Mais l’écriture expressive ne contribue pas seulement au bien-être. Kirk, Shutte et Hine (2011) montrent que l’écriture expressive permet d’améliorer l’auto-efficacité au travail, et du moment que l’auto-efficacité a un impact sur la productivité, l’écriture est un moyen d’améliorer la productivité.

Conseil opérationnel : notez chaque jour ce que vous avez accompli et appris

Je vous conseille d’écrire en fin de journée au moins une chose que vous avez accomplie et dont vous être fier et une chose que vous avez apprise et qui vous permettra de mieux vivre votre vie.

Faire cela, vous permettra au fil du temps de prendre conscience de votre évolution personnelle et professionnelle.

De plus, cela vous sera utile lorsque vous éprouverez des baisses de confiance et de motivation.

Cela sera votre antidote pour reprendre rapidement confiance en vos capacités et passer rapidement à l’action.

Maintenant que vous avez compris l’importance de garder une trace écrite de vos réussites et apprentissages pour être plus productif, vous pouvez passer au huitième conseil, à savoir, éliminer ce qui vous soutire de l’énergie et renforcez ce qui vous en rapporte.

8 – Éliminez ce qui vous enlève de l’énergie physique ou mentale et renforcez ce qui vous en donne

Nous avons évoqué précédemment le sommeil comme un facteur important pour disposer de l’énergie nécessaire pour accomplir tous vos projets les plus vitaux.

L’alimentation est un autre aspect essentiel pour être productif tout au long de votre journée, au travail comme dans votre vie privée.

Maes et al. (2012) montrent que les problèmes de santé liés à la nutrition peuvent conduire à des taux élevés d’absentéisme et de perte de productivité.

Un autre facteur important à prendre en compte pour être plus productif est l’activité physique. En ce sens, Puig-Ribera et al. (2015) montrent que les niveaux d’activité physique des employés exercent des influences différentes sur les associations entre le temps en position assise, le bien-être mental et la productivité du travail.

De plus, Whitney (2008) montre que l’utilisation et la promotion de l’activité physique sur le lieu de travail peuvent augmenter la capacité d’un individu de développer une motivation intrinsèque pour atténuer les effets du stress et assurer la durabilité pour augmenter la productivité et réduire le présentéisme.

Mais les facteurs individuels ne sont pas les seuls à impacter votre bien-être et votre productivité. Des facteurs sociaux jouent également un rôle important dans votre capacité à être productif. Parmi ces facteurs, on retrouve nos interactions professionnelles. Comme le montrent Clampitt et Downs (1993) la communication au sein de l’entreprise a un impact sur la productivité.

Nos interactions sociales professionnelles, personnelles et virtuelles peuvent avoir également un impact sur notre productivité comme le montrent Bom Lee, Chul Lee et Ho Suh (2016) l’insécurité sociale, l’invasion de la vie et les conflits travail-maison avaient une relation positive avec une contrainte perçue, ce qui avait un effet négatif sur la satisfaction de la vie. En revanche, les contraintes perçues ont eu une incidence positive sur la productivité.

Nos habitudes au quotidien peuvent également impacter notre productivité, par exemple, le fait de rester tout le temps assis devant l’ordinateur peut également augmenter le temps de récupération des pauses. En ce sens, Dainoff (2002) montre que les personnes qui travaillent davantage debout devant leur ordinateur passent moins de temps à faire des pauses par rapport à celles qui sont tout le temps assis car elles ont besoin de moins de temps pour récupérer leur fatigue.

Conseil opérationnel : identifiez au quotidien ce qui vous enlève de l’énergie et ce qui vous en donne

Identifiez ce qui impacte votre niveau d’énergie en termes de :

  • Vie privée
  • Vie professionnelle
  • Style de vie

Créez un tableau de quatre colonnes, et écrivez dans la :

  • première, ce que vous avez besoin de changer
  • deuxième, l’impact sur votre vie
  • troisième, les conséquences futures si vous ne résolvez pas ce problème
  • quatrième, les actions que vous allez poser pour changer les choses

Puis, créez un deuxième tableau de quatre colonnes, et écrivez dans la :

  • première, les activités qui vous donnent de l’énergie ou celles qui vous en donnaient mais que pour différentes raisons vous ne pratiquez plus
  • deuxième, les avantages de les pratiquer davantage ou de recommencer à les implémenter dans votre vie
  • troisième, les conséquences si vous décidez de les ignorer
  • quatrième, les changements que vous souhaitez mettre en œuvre pour améliorer la qualité de votre vie

Ensuite, programmez ces actions dans votre to-do list pour la semaine en cours et les semaines suivantes jusqu’à résoudre la majorité de vos problèmes et de renforcer vos habitudes bénéfiques. En procédant ainsi vous serez en mesure de gagner en énergie, bien-être, satisfaction et productivité.

Maintenant que vous avez appris l’importance d’éliminer ce qui réduit votre énergie et d’amplifier l’effet de ce qui vous en donne, vous pouvez passer au neuvième conseil sur comment être plus productif, à savoir, en communiquant avec précision vos besoins à vous-même et à votre entourage.

9 – Communiquez avec précision vos besoins à vous-même et aux autres

Comme nous l’avons vu précédemment, la communication a un impact sur la productivité.

Un moyen de faire clarté quant à vos propres besoins consiste à identifier vos valeurs. Puis en vous fixant des objectifs cohérents avec vos valeurs et en planifiant des actions cohérentes avec vos objectifs, vous deviendrez de plus en plus productif.

Mais votre productivité dépend aussi de votre capacité d’exprimer efficacement vos besoins aux autres.

Il devient donc important de prendre conscience de vos besoins afin de les prioriser et de les communiquer aux personnes avec lesquelles vous interagissez tout au cours de votre journée.

Communiquer de façon efficace consiste à développer votre assertivité. Être assertif consiste à communiquer avec confiance son point de vue et ses besoins tout en évitant de rentrer dans une communication conflictuelle.

Si vous faites cela, vous développerez une vision claire des besoins que vous souhaitez satisfaire pour vous sentir épanoui et performant.

En même temps, les autres connaîtront vos priorités et seront plus enclins à vous aider.

Être assertif permet de devenir plus productif car l’assertivité est une composante de l’intelligence émotionnelle et les recherches montrent un impact positif de l’intelligence émotionnelle sur la productivité.

Comme le montre Rakos (1990) la capacité d’être assertif permet aux personnes de se réaliser au maximum de leurs capacités et d’atteindre les objectifs souhaités

Devenir plus assertif permet de communiquer plus efficacement ce que vous souhaitez en créant plus de clarté quant à vos objectifs et en maximisant leur possible réalisation.

El-Bialy, El-Gawad Mousa et Ossman (2013) montrent l’effet de l’assertivité sur l’auto-efficacité professionnelle, et du moment que l’auto-efficacité a un impact sur la performance, en développant votre assertivité vous deviendrez également plus productif.

Tomaka et al. (1999) montrent que les personnes ayant un plus haut niveau d’assertivité expérimentent un plus bas niveau de stress.

Kim (2016) montre que les formations sur l’assertivité permettent de réduire l’effet du stress professionnel.

En résumant, développer l’assertivité permet de réduire le stress et du moment que le stress a un effet négatif sur la productivité (Halkos et Bousinakins, 2010), augmenter votre assertivité vous permettra d’améliorer votre productivité.

Conseil opérationnel : améliorez votre assertivité

Préparez un tableau de 6 colonnes, dans la :

  • première, écrivez la situation dans laquelle vous aimeriez devenir plus assertif
  • deuxième, notez ce qui vous empêche de l’être
  • troisième, marquez l’impact que cette situation a sur votre vie
  • quatrième, clarifiez le prix que vous paierez si vous n’arrivez pas à changer cette situation
  • cinquième, notez les avantages dont vous bénéficierez si vous passez à l’action
  • sixième, planifiez la première action que vous allez poser pour devenir plus assertif dans votre vie privée ou professionnelle

Programmez ces actions dans votre to-do list et exécutez-les. En procédant ainsi, vous serez en mesure d’améliorer votre assertivité et votre productivité.

Maintenant que vous avez appris l’importance d’être assertif, vous pouvez passer au dixième conseil pour être plus productif, à savoir, planifier des blocs temporels plus importants pour mieux gérer et terminer plus rapidement les tâches importantes.

10 – Planifiez des blocs temporels plus longs pour gérer une tâche importante et la terminer plus rapidement

Certaines tâches importantes ont besoin de beaucoup plus de temps que les autres et ne peuvent donc pas être terminées en une seule journée.

Elles mobilisent davantage d’attention et donc beaucoup d’énergies physiques et mentales.

De plus, ces activités sont souvent complexes car elles requièrent la mise en œuvre de multiples compétences. En outre, elles demandent parfois une capacité accrue de résolution de problèmes inattendus qui les complexifient davantage.

Pour toutes ces raisons, il est souhaitable de planifier des blocs temporels importants pour progresser plus efficacement dans l’accomplissement de ces tâches.

Idéalement, vous pouvez allouer à votre tâche plus importante de la journée jusqu’à 50% de votre temps de travail journalier en entrecoupant la tâche avec des pauses de durée variable en tenant compte de votre niveau d’énergie.

Il est également important d’éviter toute sorte de distraction pendant que vous vous focalisez sur ces tâches majeures. Faire cela, vous permettra d’éviter de perdre du temps pour retrouver la concentration maximale pour les exécuter après chaque interruption.

Planifiez ces blocs temporels plus larges en tenant compte de votre chronotype et évitez le multitasking car il réduit la performance notamment pour des tâches difficiles :

Allouer plus de temps à votre tâche la plus importante de la journée, vous permettra de travailler dans le calme, de garder une bonne productivité et de terminer vos projets en respectant vos échéances. Agir différemment, vous fera subir la pression du temps qui comme le montrent Sanjram et Meenakshi (2013) a un effet négatif sur la performance.

Reinhard et Dickhäuser (2009) montrent que lorsque les attentes de performances sont élevées, la performance est meilleure pour des tâches difficiles, si la motivation cognitive (ou besoin de cognition) et la capacité cognitive sont élevées.

En accord avec les résultats de cette étude, pour mieux gérer vos tâches importantes et difficiles, vous devriez vous focaliser sur celles :

  • qui mobilisent davantage vos capacités intellectuelles
  • qui vous motivent vraiment
  • pour lesquelles vous attendez des résultats exceptionnels

Conseil opérationnel : prévoyez entre 3 et 5 heures par jour pour la tâche la plus importante de votre journée

Planifiez la veille dans votre to-do list la tâche la plus importante de la journée et allouez à cette tâche au moins 3 heures sans distractions, sans changement de tâche, sans multitasking.

Prévoyez des pauses en accord avec la durée de votre bloc temporel.

Si votre bloc temporel pour votre tâche la plus importante est de 2 heures, vous pouvez travailler une heure, prévoir une pause de 20 minutes et puis terminer votre deuxième heure.

Si en revanche votre bloc temporel est de 4 ou 5 heures, vous aurez besoin de prévoir plus d’une pause. Par exemple, 1 heure de travail, 20 minutes de pause, 1 heure de travail, 25 minutes de pause, une heure de travail, 30 minutes de pause et ainsi de suite.

Faire ces pauses est comme vous le savez essentiel pour garder une bonne productivité.

En prévoyant des blocs temporels plus amples pour vos activités prioritaires, vous serez en mesure d’être plus productif au travail.

Maintenant que vous avez compris l’importance de programmer des blocs temporels plus grands pour accomplir vos tâches les plus importantes, vous pouvez passer au onzième conseil sur comment devenir plus productif, à savoir, en limitant vos distractions.

11 – Limitez les distractions

Nous sommes tous exposés à de multiples sources de distraction qui impactent notre productivité.

Comme vous l’avez vu précédemment, l’un des moyens les plus efficaces pour gérer les distractions provoquées par votre entourage professionnel ou personnel, consiste à développer votre assertivité.

Mais les sources de distraction ne sont pas seulement les personnes avec lesquelles vous interagissez.

La plupart de ces distractions sont sous notre contrôle mais pas toutes. Par exemple, Lee, Gino et Staats (2012) étudient l’impact des conditions météorologiques sur la productivité au travail en montrant que la productivité est meilleure lorsque le temps est mauvais. Ces auteurs expliquent ce résultat en affirmant que lorsque le temps n’est pas bon les personnes ne perdent pas leur temps pour réfléchir à ce qu’elles pourraient entreprendre à l’extérieur et par conséquent elles restent davantage concentrées sur leurs tâches professionnelles.

Kathy et Parminder (2007) montrent que des facteurs sonores et visuels peuvent avoir un impact négatif sur la performance au travail car ils représentent des facteurs de distraction.

Cela signifie que pour améliorer votre productivité, vous avez besoin d’éliminer ou réduire ce qui peut influencer votre attention.

Une façon de réduire l’impact des distractions consiste à augmenter le contrôle sur l’espace de travail. En ce sens, Lee et Brand (2010) montrent que le sentiment de contrôle sur les aspects physiques de l’environnement de travail influence la relation entre les distractions perçues et la performance perçue.

En même temps, éliminer complètement les distractions peut s’avérer être négatif pour certaines personnes. En ce sens, Mark et al. (2017) montrent que la mise en place de bloqueurs de sites augmente non seulement la productivité de personnes ayant moins d’auto-contrôle en termes d’exposition aux distractions, mais également le stress perçu par ces individus.

Cela signifie que chaque personne a besoin de trouver le juste équilibre en termes de contrôle des distractions. Un moyen de contrôler nos distractions consiste à développer notre auto-contrôle pour sortir de nos habitudes improductives. En ce sens, Tice et al. (2007) montrent que les émotions positives permettent d’augmenter l’auto-régulation de nos comportements.

Conseil opérationnel : gérez les comportements improductifs en vous appuyant sur vos émotions positives

Premièrement identifiez la nature de vos distractions.

S’agit-il des autres, de vous-même et de facteurs sur lesquels vous avez du contrôle ?

Ensuite, préparez un tableau de cinq colonnes. Dans la :

  • première, écrivez la source de distraction
  • deuxième, notez l’émotion que vous éprouvez
  • troisième, marquez l’impact sur votre vie
  • quatrième, identifiez l’émotion qui pourrait vous aider à percevoir la situation différemment
  • cinquième, planifiez ce que vous allez faire pour faire face à cette distraction

En vous servant de l’émotion la plus adaptée à votre situation et non seulement de votre propre volonté, vous commencerez à reprendre le contrôle de différents facteurs qui perturbent votre productivité et votre bien-être.

Maintenant que vous avez compris l’importance de limiter les distractions en utilisant les émotions les plus appropriées à votre avantage, il est temps de passer au douzième conseil sur comment devenir plus productif au travail, à savoir, en écoutant de la bonne musique.

12 – Ecoutez de la musique

Les recherches en psychologie et dans d’autres disciplines étudient depuis plusieurs années l’effet potentiellement bénéfique de la musique sur le bien-être et sur la performance dans différents domaines. En ce sens, Lesiuk (2010) montre l’effet positif de la musique que l’on préfère sur la réalisation de tâches à haute demande cognitive.

Mais certaines musiques sont plus adaptées que d’autres et comme le montrent Yi-Nuo, Rong-Hwa et Hsin-Yu (2012) la musique de fond chantée réduit la productivité et l’attention et il vaut mieux préférer celle sans paroles.

Dans la même veine, Haake (2011) montre que la possibilité de choisir sa propre musique est un élément important pour améliorer à la fois le bien-être et les performances au travail, et l’analyse statistique indique que l’utilisation du casque peut améliorer davantage certaines des fonctions de la musique au travail.

En résumant, même si on n’est pas encore en mesure d’expliquer les effets de la musique sur notre comportement, les recherches précédentes semblent montrer un effet positif de la musique sur notre fonctionnement.

Conseil opérationnel : choisissez et écoutez de la musique favorisant votre concentration

Préparez à l’avance de la musique adaptée aux tâches que vous souhaitez réaliser dans votre journée.

Dans l’idéal, privilégiez des musiques sans paroles qui vous permettent d’améliorer votre concentration et votre bien-être.

En profitant de cet état de bien-être vous maximiserez vos chances d’être plus productif et mieux gérer votre stress professionnel.

Maintenant que vous connaissez l’importance de créer un environnement de travail plus agréable en profitant de la musique, vous pouvez découvrir notre treizième conseil, à savoir, développer des habitudes plus productives.

13 – Développez des habitudes plus productives

Développer des habitudes plus productives est important non seulement pour les résultats que vous obtenez mais surtout pour votre bien-être.

Faire cela vous permettra de vous appuyer moins sur votre propre volonté et d’avancer plus en automatique par simple habitude.

Le meilleur moyen pour développer de nouvelles habitudes est de les répéter suffisamment de temps pour que vous n’ayez plus besoin d’y penser.

Une habitude extrêmement productive est celle de faire régulièrement des pauses entre vos différentes tâches. Comme le montrent Epstein, Avrahami et Biehl (2016) faire des pauses qui permettent de récupérer les énergies permet d’améliorer la productivité au travail.

Une autre habitude productive consiste à personnaliser votre espace de travail. En ce sens, Greenaway, Thai, Haslam et Murphy (2016) montrent que concevoir un espace de travail soulignant l’identité des collaborateurs, permet d’améliorer la productivité individuelle et collective.

Les émotions que nous éprouvons ont également un impact sur notre productivité. Les difficultés sont toujours à notre disposition mais nous avons le choix de voir le verre à moitié plein et de progresser sans perdre notre confiance. En ce sens, Lam (2010) montre que les personnes qui éprouvent des émotions agréables expérimentent une meilleure productivité.

Plus précisément, Oswald, Proto et Sgroi (2015) montrent que le fait d’être heureux a un impact positif sur la productivité.

Un autre facteur important pour votre bien-être et votre productivité est la qualité de l’air. En ce sens, Fisk et Rosenfeld (1997) montrent que la qualité de l’environnement intérieur a un impact positif sur la santé et sur la productivité.

La luminosité a également un effet sur la productivité comme le montre Juslén (2007).

Conseil opérationnel : identifiez vos habitudes improductives et remplacez-les par celles qui vous faciliteront la vie

Rédigez une liste des habitudes productives que vous possédez déjà et à côté de chacune écrivez ce que cette habitude vous permet d’obtenir.

Puis, réfléchissez à d’autres habitudes que vous devriez intégrer à cette liste et notez à côté de chacune les avantages qu’elles pourraient vous apporter.

Successivement, rédigez une liste de vos habitudes improductives et marquez à côté de chacune :

  • l’impact qu’elle a sur vous
  • le prix à payer si vous ne l’éliminez pas
  • les avantages que vous obtiendrez en la gérant au plus vite

Puis, planifiez dans votre to-do list les actions que vous souhaitez mettre en œuvre pour vous débarrasser de ces mauvaises habitudes.

A chaque fois que vous vous apercevez que vous arrivez à respecter une nouvelle habitude productive, donnez-vous tout de suite une récompense. Et lorsque cette habitude devient une partie intégrante de votre comportement, primez-vous à nouveau avec une récompense encore plus grande.

Maintenant que vous avez appris l’importance de développer des habitudes plus productives, vous pouvez découvrir notre dernier conseil pour devenir encore plus productif, à savoir, en vous visualisant productif.

14 – Visualisez-vous productif

Dans le domaine sportif et artistique l’utilisation de la visualisation est une pratique très répandue.

Les recherches dans ces domaines ont confirmé l’efficacité de cette stratégie dans la gestion du stress et dans l’amélioration de la performance.

En ce sens, Driskell, Coppel et Moran (1994) effectuent une méta-analyse de la littérature sur la visualisation en montrant que la pratique de la visualisation mentale d’une tâche donnée a un effet positif sur la performance et cela notamment pour des tâches mobilisant les capacités mentales de l’individu.

Qu’il s’agisse d’une tâche intellectuelle ou physique, la répétition mentale régulière d’une action donnée, permet de devenir plus performant en phase d’exécution.

En résumant, la visualisation permet d’explorer virtuellement une situation en préparant le terrain pour expérimenter une meilleure réussite dans la vie réelle.

Conseil opérationnel : utilisez la visualisation à votre avantage

Le soir avant d’aller vous coucher ou le matin tôt, visualisez-vous en train de réaliser avec succès vos tâches les plus importantes de la journée.

Regardez-vous performer de la façon la plus adaptée à votre situation professionnelle ou personnelle.

Répétez cette visualisation pendant 5-10 minutes jusqu’à ressentir les émotions positives de votre réussite.

Puis, au pic de vos émotions, faites un geste de votre choix pour ancrer dans votre subconscient cette émotion.

Vous pourrez utiliser ensuite cette ancre mentale pour vous mettre dans l’état psychique souhaité avant et pendant votre tâche.

Conclusion finale sur comment être plus productif

Dans cet article, je vous ai présenté 14 conseils vous permettant d’être plus productif au travail et dans votre vie privée.

Ces conseils étant le fruit de la recherche scientifique, je vous ai également proposé 14 conseils opérationnels pour commencer à améliorer immédiatement votre productivité.

Si vous avez apprécié cet article et les autres contenus présents, partagez-les avec les personnes qui comme vous souhaitent améliorer leur productivité et leur bien-être.

Si vous souhaitez bénéficier d’un coaching en gestion du temps pour améliorer votre productivité et votre bien-être, écrivez-nous en passant par notre formulaire de contact pour profiter d’un premier échange gratuit.

[/vc_column_text][/vc_column][/vc_row]
Contact

Vous pouvez nous envoyer un email, nous vous répondrons rapidement.

Not readable? Change text. captcha txt
0