Je suis proche de la retraite : comment négocier mon départ

Je suis proche de la retraite : comment négocier mon départ

Je suis proche de la retraite : comment négocier mon départ

Qu’ils viennent de grands groupes comme de PME, nombreux sont les cadres seniors qui sont confrontés à une placardisation progressive en fin de carrière.

Ils peuvent, par exemple, ne plus être conviés aux réunions importantes, leurs équipes peuvent être réduites ou les gros projets en sont plus entre leurs mains.

Les astuces de présentation sont multiples « tu pourras travailler depuis chez toi », « laisse faire le travail compliqué et à risque aux plus jeunes », « on fera appel à toi, le moment venu, en tant qu’expert – mais tu ne seras plus dans le circuit opérationnel », … mais les résultats sont toujours à peu près les mêmes : vous avez le sentiment d’être sous-utilisé et vous vous ennuyez.

En fait, l’entreprise attend, dans bien des cas, votre départ à la retraite ou cherche à vous faire démissionner, c’est-à-dire sans que cela lui coûte quelque chose.

Cette situation n’est pas une fatalité. Elle l’est de moins en moins dans la dernière réforme des retraites.

Alors, pourquoi ne pas profiter de cette opportunité pour partir dans de bonnes conditions afin de rebondir et d’optimiser vos dernières années d’activité professionnelle ?

Vous pourrez peut-être travailler jusqu’à soixante ou soixante-dix ans. Lors de votre départ à le retraite, vos revenus ne seront plus que la moitié que ce qu’ils ont été quand vous étiez en activité.

A cinquante ou soixante ans, vous avez encore la force de la jeunesse avec l’expérience en plus.

Alors pourquoi ne pas sortir la tête haute avec une négociation de départ qui pourrait vous aider à rebondir dans votre activité professionnelle ?

Coaching

Tordons le cou à quatre idées reçues.

Je peux liquider ma retraite à taux plein, mon employeur n’acceptera jamais de me licencier

Pourquoi seriez-vous nécessairement obligé de partir à la retraite dès que vous pourriez la liquider à taux plein ?

En effet, depuis la dernière réforme des retraites, nul salarié ne peut être contraint par son employeur de liquider sa retraite avant l’âge de soixante-dix ans s’il n’y consent.

La conséquence directe est que l’entreprise ne peut plus avoir de certitudes quant à votre date effective de départ à la retraite.

Ainsi, vous pouvez lui laisser clairement entendre que vous n’envisagez pas de partir avant quelques années et pourquoi pas à soixante-dix ans.

Dans ce contexte, le recours à une séparation amiable peut trouver tous son sens.

Je suis trop vieux pour espérer quoi que ce soit : mon employeur attendra que je parte à la retraite

Cette idée, fortement ancrée dans les esprits, peut cependant être déjouée. En effet, ce présupposé repose généralement sur le fait qu’un départ à la retraite coûtera bien moins cher à l’entreprise qu’une rupture de contrat. Dans ce raisonnement, il suffit donc à l’entreprise d’attendre quelques mois.

Il repose également sur le fait qu’il pourrait être mal vu de licencier des collaborateurs proches de la retraite et que cela pourrait avoir des répercussions sur le climat social de l’entreprise, notamment si celle-ci a mis en place un plan senior de maintien de l’emploi.

Toutefois, il existe des situations dans lesquelles votre entreprise peut trouver avantage à se séparer de vous plutôt que d’attendre votre départ à la retraite.

En effet, si vous n’avez pas encore indiqué la date prévisible de votre départ en retraite et votre volonté de la prendre, votre employeur est vraisemblablement dans l’incertitude.

Si, en revanche, vous lui avez laissé entendre que, pour des raisons financières ou familiales ou qu’elle qu’en soit la raison, vous n’entendez pas du tout liquider, même à taux plein, votre retraite, il peut commencer à s’inquiéter.

Et là il n’est pas impossible, dans ce type de situation, de l’inciter à discuter d’une séparation.

En effet, si votre employeur est convaincu que vous voulez rester encore en poste pendant plusieurs années, le coût d’une séparation lui paraîtra bien plus faible que votre maintien en poste pendant toutes ces années, même additionné du coût salarial d’un junior moins cher.

De plus, vous seriez bien inspiré de lui donner quelques arguments pour l’inciter à abonder dans votre sens et prendre conscience qu’il ne serait pas avisé de vous garder (même si vous dites vouloir rester) : blocage de la promotion de plus jeunes, de votre remplacement par un junior moins cher que vous, éventuelle contestation d’une nouvelle organisation, …

J’ai trente ans d’ancienneté, mon employeur n’acceptera jamais de me verser ne serait-ce que les indemnités conventionnelles

Là encore, tout dépend de la durée pendant laquelle vous affirmez vouloir rester en poste dans l’entreprise. Si elle est très supérieure au montant (exprimée en mois) des indemnités conventionnelles qui pourraient vous être dues dans l’hypothèse d’un licenciement, l’entreprise peut trouver un intérêt à rompre votre contrat avant votre départ à la retraite.

A soixante ans, ma carrière est finie : je n’ai plus les moyens d’oser un nouveau départ

Il existe plusieurs situations dans lesquelles vous ne voulez pas (ou tout simplement ne pouvez pas) liquider votre retraite à taux plein bien qu’après soixante-deux ans : expatriation sans avoir cotisé à un régime de retraite Français, études tardives, périodes d’inactivité pour avoir élevé des enfants etc.

N’oublions pas que partir à la retraite, c’est perdre en gros presque la moitié de ses revenus.

Alors pourquoi ne pas tenter d’optimiser cette période parfois longue de plusieurs années qui vous sépare de la retraite, plutôt que de végéter dans un placard ou accomplir des tâches sans intérêt ?

Conclusion

Quitter votre entreprise au mieux de vos intérêts financiers peut précisément vous aider à oser prendre un nouveau départ.

Ce pourra être un temps partiel pour vous consacrer à d’autres projets personnels, la reprise ou la création d’une entreprise ou même un cumul emploi-retraite.

Pour cela, il importe de créer un contexte favorable qui incitera votre entreprise à vous laisser partir avec une indemnité correcte.

Pour en savoir plus sur comment négocier votre départ, écrivez-nous maintenant en passant par notre formulaire de contact.[/vc_column_text][/vc_column][/vc_row]

Contact

Vous pouvez nous envoyer un email, nous vous répondrons rapidement.

Not readable? Change text. captcha txt
0