Je pars pour créer mon entreprise : comment négocier mon départ

Je pars pour créer mon entreprise

Je pars pour créer mon entreprise

Le désir de gagner plus d’indépendance, de revenus, de liberté de manœuvre ou de créativité peut pousser certains de nous à vouloir entreprendre. Sans doute est-ce une des voies d’épanouissement professionnelles parmi les plus complètes.

Les motifs à créer ou à reprendre une entreprise sont multiples :

  • Le sentiment d’avoir fait le tour d’un poste ou d’une entreprise ;
  • Le fait de supporter de moins en moins le poids d’une hiérarchie ;
  • La volonté de vouloir contrôler davantage le cours de sa vie ;
  • La fait de ne pas trouver un emploi salarié satisfaisant ;
  • etc.

Dans ce cas, il est important de se doter des moyens financiers nécessaires pour aborder ce projet l’esprit le plus détendu possible et donc de quitter son poste précédent dans de bonnes conditions financières.

Pour cela il convient d’éviter quelques erreurs autour de la même idée :

  • Je vais faire part de mon projet à mon patron, il me soutiendra.
  • Autant jouer carte sur table avec mon employeur.

Coaching

Je vais faire part de mon projet à mon patron, il me soutiendra

Rien n’est moins sûr ! Et puis, pourquoi le ferait-il ?

Même s’il est lui-même un entrepreneur dans l’âme, il risque fort de réserver un accueil plutôt glacial à votre projet. Sauf s’il est particulièrement bienveillant (cela arrive), il est possible qu’il ne se réjouisse pas de votre projet de création d’entreprise alors qu’il a besoin de vous ? Il peut même craindre que vous ne développiez une activité concurrente à la sienne, voire utilisiez des procédés ou des connaissances acquises ou développées par votre entreprise actuelle.

Donc prudence. Même si créer votre entreprise est pour vous une évolution valorisante et épanouissante, n’en parlez pas à votre patron avant votre départ.

A moins qu’il ne souhaite par ailleurs votre départ (mais pour d’autres raisons), il ne vous aidera vraisemblablement pas puisque vous lui poser un problème d’organisation à court terme (devoir embaucher un remplaçant), vous mettra peut-être à l’écart des informations, des connaissances ou de rencontres qui vous aideraient et qui alimenteraient votre projet surtout s’il le percevait comme concurrent.

Non seulement votre patron risque fort de ne pas vous aider mais attendra en plus votre démission car il ne verra pas pourquoi, dans ces conditions, il accepterait de négocier avec vous un départ qui lui coûterai de l’argent au travers d’une rupture conventionnelle de contrat de travail ou même d’un licenciement.

Au mieux, s’il est bien intentionné, il pourra peut-être vous proposer une prime exceptionnelle, s’il arrive à la justifier de sa direction, mais il est fort probable que celle-ci sera inférieure à ce que vous auriez pu obtenir par d’autres moyens.

Or, un projet de création d’entreprise demande de pouvoir disposer d’une épargne conséquente. Il vous sera peut-être difficile de vous rémunérer les premiers temps et vous aurez peut-être à faire des investissements significatifs. Vous serez bien plus serein quant à votre projet de création si vous partez avec une indemnité.

Pour cela il faudra mettre en œuvre un terrain favorable à la négociation. C’est l’entreprise qui doit trouver un intérêt à se séparer de vous et non l’inverse. Aussi, mettre en avant des dysfonctionnements ou des insatisfactions peut être le moyen, comme un levier, de rendre cette discussion possible. En revanche, faire part de votre projet de création d’activité n’offre que très peu (voire aucune) perspective de négociation. Au-delà du problème de confiance que cela risque de poser à votre patron, celui-ci sera incité à attendre que vous partiez de vous-même sans que cela ne lui coûte le moindre euro.

Autant jouer cartes sur table avec mon employeur

Un souci de franchise (ou la compulsion à tout dire …), doublé éventuellement d’une volonté de ménager la possibilité ultérieure de faire des affaires avec votre patron, peut vous conduire à lui faire part de votre projet.

Peut-être aussi considérez-vous que la création de votre entreprise ne peut attendre pour diverses raisons et vouloir procéder à son immatriculation avant d’avoir quitté votre poste actuel.

Cela peut vous jouer un bien mauvais tour. En effet, imaginer que votre entreprise n’en saura rien est risqué. S’il avait un doute, ou si une rumeur lui revient aux oreilles, un simple regard sur le site d’immatriculation des entreprises lui fournira la réponse immédiatement. Un responsable RH expérimenté pourrait aussi voir votre motivation diminuer sensiblement et se demande si vous n’auriez par hasard déjà créer une autre activité et vérifier.

S’il vous est impossible de différer l’immatriculation de votre société alors que vous êtes encore en poste, faites-le au nom d’un de vos associés si vous en avez afin que vous n’apparaissiez pas sur le Kbis.

Conclusion

Vous n’avez donc rien à gagner à divulguer votre projet. Le jeu d’influence nécessaire pour faire en sorte que vous puissiez partir dans de bonnes conditions financières s’appuiera sur d’autres éléments. Entre autres, il sera nécessaire d’écarter la possibilité pour votre patron de tenter de ternir votre image sur le marché où vous souhaitez intervenir.

Pour en savoir plus sur comment négocier votre départ, écrivez-nous maintenant en passant par notre formulaire de contact.

Contact

Vous pouvez nous envoyer un email, nous vous répondrons rapidement.

Not readable? Change text. captcha txt
0