10 conseils professionnels pour devenir un bon orateur

 

10 conseils professionnels pour devenir un bon orateur

10 conseils professionnels pour devenir un bon orateur

Il est maintenant très rare de ne pas avoir à présenter quelque chose à l’oral. La plupart du temps ce sera dans un contexte professionnel (parler à une conférence ou autre occasion organisée ou pendant une réunion de travail) mais peut aussi être dans un contexte personnel (à un groupe auquel vous appartenez dans le cadre de vos loisirs par exemple).

Quelle que soit l’occasion, si vous devenez un bon orateur les gens vont vous écouter, vous prendre au sérieux et mieux se rappeler de vos messages.

Je vous donne ici quelques conseils, faciles à prendre en compte avec un peu de préparation, pour améliorer votre performance en tant qu’orateur. Certains sont spécifiques et certains plus généraux que vous pouvez aussi utiliser dans d’autres contextes. Découvrez tout de suite mes 10 conseils pour devenir un bon orateur.

1 – Vous parlez pour votre audience

Qui décide si vous êtes un bon orateur ?

Votre audience, votre public, les personnes qui vous écoutent. Tout ce que vous faites doit être tourné vers votre audience, ce qu’elle attend de votre prestation. Alors la première chose à faire est d’arrêter de penser à vous.

Un problème majeur de beaucoup de personnes est de se concentrer trop sur elles-mêmes :

Et si je me mets à bafouiller ?

Et si j’oublie ce que je veux dire ?

Et si, et ça… Ça vous est familier ?

Au lieu de penser à vous, pensez toujours à votre audience, et cela dès que vous savez que vous allez donner une prestation orale.

Quand je commence à préparer une prestation orale, je me pose les questions suivantes :

  • qui sont les personnes qui vont venir ?
  • pourquoi seront-elles là ?
  • qu’est-ce qu’elles attendent de moi ?
  • qu’est-ce que je peux leur apporter qui leur soit utile ?
  • qu’est-ce que je connais sur ces personnes ou groupe ?
  • qu’est-ce qui les fait vibrer, les interpelle ?

Posez-vous les mêmes questions. Une fois que vous avez des réponses, alors vous pourrez alors préparer pour donner une prestation oratoire avec succès.

2 – Adaptez votre style

Une fois que vous avez répondu aux questions précédentes, vous pouvez adapter le style de votre prestation. Un bon orateur va changer son style selon son audience.

En gagnant de plus en plus d’expérience, un bon orateur n’est pas seulement capable de changer de style à l’avance, quand il prépare sa prestation, mais aussi pendant la prestation s’il se rend compte que son style n’est pas le mieux adapté.

Une erreur commune, qui conduit à un manque de communication efficace est d’avoir un seul style. Mon conseil est de préparer votre prestation avec plusieurs styles.

Comment pouvez-vous présenter les choses différemment ?

Des aspects à prendre en compte sont :

  • formel ou informel ? Dans la plupart des situations professionnelles, un minimum de formalité est souvent requis mais cela n’est pas forcément le cas. Cela va dépendre en grande partie de la culture de votre audience. Par exemple, comme il n’y a pas de distinction entre tu et vous en Anglais, souvent une audience de langue maternelle Anglaise va accepter un degré de formalité moindre.
  • direct ou indirect ? Si vous présentez votre rapport sur vos ventes trimestrielles par exemple, vous voulez être direct, donner les chiffres, comment vous les avez obtenus et comment ils se placent par rapport aux prévisions. Par contre, si ce qui est important est la relation avec l’audience plutôt que d’énumérer des faits, alors vous voudrez choisir un langage moins direct.
  • inductif ou déductif ? Etre déductif est commencer par articuler les choses dans l’abstrait, se forger une idée, une hypothèse et puis faire des expériences, passer à l’action pour tester les idées. Le raisonnement inductif est commencer par des expériences, des actions et puis formuler des règles générales. Si votre audience comprend des personnes avec un sens pratique important, vous voulez présenter les choses de manière inductive. Par contre, si votre audience est plus « intellectuelle », se concentrer d’abord sur les idées sera plus efficace.
  • l’importance des non-dits. Certaines personnes veulent que tout soit expliqué en détail avec aucune ambiguïté et des instructions claires. Par contre, d’autres personnes préfèrent être données une idée générale et travailler sur les détails elles-mêmes.

3 – Soyez conscients de tous vos messages

Etre un bon orateur n’est pas seulement utiliser les mots appropriés. Beaucoup de personnes font l’erreur de se concentrer sur le contenu verbal et oublient tous les autres messages qu’elles envoient. Si ceux-là ne sont pas consistants avec vos mots, vous allez perdre votre audience en envoyant des messages contradictoires.

Un premier exemple est votre tenue. Qu’est-ce que sera une tenue appropriée à l’audience et l’occasion ?

Ce n’est pas une question de tomber dans les stéréotypes mais d’avoir des vêtements qui sont en accord avec votre discours, par exemple le niveau de formalité.

Ensuite, vos mouvements, vos expressions faciales communiquent un message (2). Un bon orateur sait utiliser les mouvements et expressions pour renforcer son message.

Quand vous parlez de sentiments, exprimez-les sur votre visage. Un bon orateur va bouger pendant sa prestation : vous n’êtes pas un enfant récitant par cœur un poème à l’école.

Utilisez particulièrement vos bras, les gestes de vos mains et puis vous pouvez aussi marchez vers différents endroits.

4 – Captivez votre audience

Un bon orateur sait capter et garder l’attention de son audience. Rappelez-vous la question dans la première section : Qu’est-ce qui fait vibrer, interpelle votre audience ?

Un discours monotone et très factuel ne va pas intéresser une audience très longtemps. Si vous devez être factuel, soyez bref. Au contraire, essayez d’être figuratif.

Utilisez des métaphores, des analogies, des images. Invoquez les sentiments de votre audience, pas seulement son intellect.

Faites-les rire, pleurer, réagir. Ajoutez des anecdotes et histoires pour illustrer votre propos, pour lui donner un contexte. Si ce sont des histoires personnelles, c’est encore mieux.

Enfin, invoquez tous les sens de votre audience, pas seulement l’ouïe avec ce que vous dites mais d’autres sons, la vue, l’odorat, le toucher. C’est pour cela que vous utilisez des images et métaphores, parce qu’elles font appel à des sens différents.

Alors quand vous préparez une prestation, pensez aux métaphores, images, histoires que vous pouvez utiliser. Vous pouvez avoir un journal dans lequel vous les notez au fur et à mesure. Cela vous donnera une librairie à utiliser pour le futur.

5 – Soyez-vous-même

Etre un orateur n’est pas être un acteur. Vous ne jouez pas un rôle. Un bon orateur est sincère, naturel, montre sa vraie personnalité.

Mon conseil ici est de ne pas vous forcer à faire des choses qui ne sont pas naturelles dans votre comportement.

Adaptez la prestation à votre audience mais restez dans votre zone de confort pour la plupart du temps. Bien sûr, pour apprendre, vous devez sortir de cette zone de confort mais faites le doucement. Ne changez pas plusieurs choses à la fois (par exemple la façon dont vous vous habillez et le ton de votre voix).

Élargir petit à petit votre panoplie est une partie intégrale pour devenir un bon orateur. Par exemple, mes prestations ont commencé avec des cours donnés à des étudiants, et puis des présentations dans des conférences, des ateliers généraux, de la formation et enfin du coaching. Tout cela m’a donné de plus en plus d’outils que je peux utiliser. Faites la même chose avec vos différentes prestations.

6 – Préparez et répétez

Ceci est une étape qui ne peut pas être sous-estimée. Il n’y a aucun orateur qui improvise. Une personne peut paraître extrêmement naturelle, relax, maîtriser complètement son sujet. Ce que vous voyez est la culmination d’années de pratique et d’expérience. Alors vous devez préparer et répéter.

Mon conseil est de faire cela même si vous n’allez pas donner une prestation orale. Choisissez un sujet et préparer une prestation. Ça n’a pas besoin d’être long ; quelques minutes suffisent.

Le plus vous pratiquez, le meilleur vous deviendrez, alors n’attendez pas d’avoir des occasions réelles.

Répéter est une partie essentielle. Alors une fois de plus, quand vous avez quelques minutes, pourquoi ne pas décider de parler, de manière impromptue, à vous-même. Utilisez des styles différents, accentuez votre gestuelle, l’intonation de votre voix.

Maintenant il est devenu très facile d’enregistrer une vidéo, alors enregistrez-vous et analysez les vidéos : qu’est-ce que vous faites bien ?

Soyez sur d’utiliser cela. Qu’est-ce que vous pouvez améliorer ?

Préparez un plan d’action pour travailler sur ces aspects à améliorer.

7 – Pas seulement votre présentation : répondez à votre audience

Vous pensez avoir tout préparé mais d’un seul coup, une question arrive et vous êtes déstabilisé ?

Répondre à votre audience est aussi une partie intégrale de votre prestation. Vous n’êtes pas un acteur faisant son numéro et disparaissant à la fin de la performance.

Dans la plupart des cas, vous allez rester avec le groupe (pendant une réunion par exemple) et cela bien sur donne l’occasion de poser des questions. Tous les conseils donnés dans les autres sections s’appliquent aussi quand il s’agit de répondre à des questions.

Voici quelques conseils pour s’assurer que ça se passe bien :

  • répondez à la question posée. Ne parlez pas de choses qui n’ont rien à voir avec la question.
  • parfois un oui ou non est suffisant pour répondre à une question.
  • il n’y a pas de mal à ne pas comprendre une question. Reformulez la question comme vous la comprenez et demandez si c’est correct.
  • il n’y a pas de mal à ne pas connaitre la réponse à une question. Admettez-le et offrez d’aller chercher la réponse. N’inventez jamais une réponse à une question. Les gens vous apprécieront mieux pour votre honnêteté que pour une réponse qu’ils vont découvrir est incorrecte

8 – Imaginez votre succès

Une part importante d’atteindre le succès est de l’imaginer. Les athlètes vont mentalement répéter le mouvement, la bonne technique. Ils vont imaginer une course avec les détails les plus précis. Vous devez aussi faire cela avec votre prestation orale.

Imaginez la prestation idéale et vivez-la avec tous les détails : qu’est-ce que vous voyez, écoutez, sentez, ressentez ?

Comment les autres personnes réagissent ?

Qu’est-ce qu’elles font ?

Qu’est-ce qu’elles disent ?

Vivre votre prestation idéale va vous permettre d’appeler les sentiments positifs que vous voulez ressentir pendant la prestation, va vous permettre d’affiner votre prestation pour l’aligner avec ce que vous ressentez de plus positif.

Ces exercices de visualisation sont basés sur le fait que le cerveau ne différencie pas l’imagination et le vécu. Quand vous imaginez quelque chose, votre cerveau crée les mêmes connections neuronales que si la situation était réelle.

9 – Ecoutez des orateurs et copiez les

Il y a énormément de vidéos disponibles sur internet alors n’hésitez pas à regarder des vidéos d’orateurs que vous aimez et prenez et copiez ce que vous aimez et ce que vous vous sentez capable d’implémenter de manière naturelle.

Si vous n’avez pas de personnes en tête, choisissez un thème qui vous intéresse et  faites une recherche internet.

Quand vous regardez un orateur que vous aimez, qu’est-ce que vous remarquez ?

Analysez ce qui vous attire dans la prestation.

Est-ce que c’est la gestuelle ? Alors essayez de copier certains des mouvements.

Est-ce que c’est la façon dont l’orateur utilise les expressions faciales ? Essayez devant un miroir et décidez ce avec quoi vous êtes confortable. Copiez des images, métaphores et analogies que vous aimez.

Analysez la structure de la prestation et suivez une structure similaire pour vos prestations orales.

10 – Dormez 

Ça va vous étonner mais c’est probablement le conseil le plus utile. Le sommeil est le meilleur remède que l’évolution ait trouvé. Notre médecine moderne n’a pas fait mieux.

En quoi dormir peut vous aider avec vos capacités oratoires ?

Le sommeil augmente votre faculté à apprendre, améliore votre mémoire et votre créativité. Il a aussi des effets positifs sur votre santé en générale et votre énergie. Toutes ces activités sont nécessaires à un bon orateur.

Je ne parle pas ici seulement d’une bonne nuit de sommeil avant votre prestation mais d’avoir une quantité de sommeil suffisante (au moins 7 heures apparemment) toutes les nuits.

Alors assurez-vous que vous allez au lit assez tôt pour vous permettre d’avoir assez de sommeil, évitez les écrans de téléphone portable et ordinateurs, l’exercice intense, la caféine et l’alcool dans la soirée.

Conclusion

Vous avez maintenant en main 10 conseils pour vous permettre d’améliorer vos capacités oratoires. Commencez à les appliquer dès maintenant et constatez la différence. Notez votre progrès dans un journal. Il est facile d’oublier les améliorations, alors notez les et célébrez les.

Pour en savoir plus sur comment améliorer votre communication ou sur comment perfectionner votre prise de parole en public, écrivez-nous maintenant en passant par notre formulaire de contact.

Références
  1. Rosinski P. (2009) Le coaching interculturel – Comment favoriser un succès durable grâce aux différences. Dunod
  2. Sulger F. (1991) Les gestes vérité. Sand
  3. Walker M. (2018) Pourquoi nous dormons. La découverte
  4. https://www.ted.com/talks/matt_walker_sleep_is_your_superpower?language=fr
[/vc_column_text][/vc_column][/vc_row]
Contact

Vous pouvez nous envoyer un email, nous vous répondrons rapidement.

Not readable? Change text. captcha txt
0