Bien négocier son départ volontaire avec son employeur

Bien négocier son départ volontaire

Bien négocier son départ volontaire avec son employeur

Introduction

L’immense majorité des collaborateurs partant d’une entreprise de manière volontaire, c’est-à-dire à leur initiative, et qu’elle qu’en soit la raison, pensent que la seule voie ouverte à eux est la démission. C’est une erreur, ou du moins une méconnaissance d’alternatives et d’options possibles au premier rang desquels la rupture conventionnelle du CDI.

De plus, le fait que vous vouliez quitter votre employeur actuel ne vous exonère pas de :

  • Choisir le bon moment.
  • Trouver les bons arguments liés à votre intérêt et à ceux de l’entreprise que vous quittez.
  • Vous fixer des objectifs liés aux conditions d’encadrement de votre départ (durée du préavis, clause de non concurrence, recommandations, …).

Autrement dit, partir n’est pas juste dire « je pars ». C’est négocier comment vous partez.

Quelles sont les étapes principales ?

  • Clarifier vos objectifs avant d’entrer en négociation.
  • Définissez votre stratégie
  • Préparez vos entretiens
  • Rendez vos demandes légitimes
  • Finalisez

Ces étapes ont déjà fait l’objet d’autres articles sur ce même site.

Coaching

Survolons 2 points dans le cadre de cet article :

Fixer vos objectifs

Que voulez-vous obtenir ?

Bien sûr, ils sont variables. Cela peut-être :

  • Une prolongation de la durée de votre préavis pour plus de sécurité.
  • Une dispense d’effectuer votre préavis pour chercher à plein temps ou partir en vacances avant votre prochain emploi que vous avez déjà trouvé.
  • Obtenir une rupture conventionnelle de CDI pour avoir les indemnités ASSEDIC à coup sûr.
  • La lever de la clause non concurrence.
  • Une / des recommandations.

Amener votre employeur actuel à la table de négociations consiste à établir un rapport de force (ce qui est différent du conflit) pour l’inciter à aller vers l’atteinte de vos objectifs tout en protégeant ses intérêts en tant qu’entreprise. Cette négociation va donc consister en créer et échanger des bénéfices perçus. Par exemple :

  • Annoncer votre départ tout en prenant en compte l’intérêt de l’entreprise en concédant de terminer un projet important et/ou de former votre successeur, en échange d’une rupture conventionnelle ;
  • Annoncer votre départ en mettant en avant votre respect pour l’entreprise et le souci que vous avez de la protection de leur notoriété en échange de recommandations positives.

Choisir le bon moment

Bien entendu, cela dépend éminemment des contextes particuliers mais fixons quelques règles utiles :

Les fenêtres de négociation anticipées sont les plus efficaces, les fenêtres provoquées sont efficaces et les fenêtres subies sont les moins efficaces.

Or, dans ce cas, vous avez un avantage rare qui est de pouvoir décider quand vous engagerez votre négociation. Cependant la négociation ne s’impose pas d’elle-même (le croire est une erreur commise par beaucoup de collaborateurs), c’est à vous de créer cette fenêtre de négociation, même si c’est vous qui partez de votre propre initiative.

Conclusion

Décider de son propre départ d’une entreprise est une façon de contrôler le début du processus mais rien ne vous est dû sauf le légal. Réfléchir à vos objectifs et amener l’employeur à la table de négociations sont les moyens d’obtenir un départ dans des conditions satisfaisantes.

Pour en savoir plus sur comment bien négocier son départ volontaire avec un coach en négociation de départ d’entreprise, écrivez-nous maintenant en passant par notre formulaire de contact.

Contact

Vous pouvez nous envoyer un email, nous vous répondrons rapidement.

Not readable? Change text. captcha txt
0