Comment se préparer à une compétition sportive  

Comment se préparer à une compétition sportive  

Comment se préparer à une compétition sportive  

Une question qui revient régulièrement parmi les athlètes est la question de la préparation à une compétition.

La compétition est l’aboutissement de l’entrainement, le moment ou l’on passe une sorte de test, ou l’on se compare à d’autres ou bien à une performance passée, même lorsqu’il s’agit d’une compétition intermédiaire et non de la compétition ultime de la saison.

La compétition crée donc des conditions spécifiques qui mettent l’athlète dans des dispositions mentales différentes de l’entrainement.

En guise d’introduction, je souhaite préciser qu’il n’y a pas de règle absolue qui marche pour tout le monde, le plus important est de développer une certaine connaissance de soi, d’expérimenter, de voir ce qui fonctionne et ce qui ne fonctionne pas, et de développer SA meilleure façon de se préparer à une compétition, en adaptant au cours du temps si besoin.

Avant de rentrer dans les suggestions de préparation au niveau mental, voyons tout d’abord rapidement les autres domaines :

  • Préparation physique, technique, tactique:  il s’agit de la principale partie d’un sport, et il est évident que pour performer en compétition il est primordial de bien se préparer dans ces domaines avec son/ses coach(s).

 

  • Nutrition : cet aspect est moins souvent adressé mais est très important également. Ce n’est pas l’objet de cet article mais je vous invite à également vous former sur la nutrition afin d’optimiser votre potentiel. Mes simples conseils :
    • Ne pas attendre les quelques jours avant la compétition pour avoir une alimentation saine et adaptée à son entrainement et à ses besoins. Bien s’alimenter est une tâche de tous les jours.
    • Se connaitre et tester à l’entrainement les apports nutritionnels envisagés pour la compétition, car on ne sait jamais comment son corps va réagir.
    • S’hydrater régulièrement (c’est quelque chose qui est souvent négligé).

 

  • Sommeil: il est absolument indispensable d’avoir un sommeil suffisant et régulier tout au cours de l’année. Cela permet au corps de mieux assimiler les charges d’effort, de se régénérer et cela permet également d’être moins stressé. Pourtant de nombreux athlètes traînent le soir et ne dorment pas assez. Cela demande une vraie décision personnelle et un vrai engagement de se coucher tous les soirs à la même heure pour avoir un sommeil régulier et suffisant.

 

  • Equipement: ne pas innover et tester du nouveau matériel en compétition. Tout comme la nutrition (et comme le reste d’ailleurs), il est préférable de tout tester à l’entrainement. Car au-delà de l’impact que cette innovation aura, l’incertitude associée a cette innovation peut créer une certaine anxiété et empêcher une bonne concentration.

Voyons maintenant quelques suggestions pour préparer le mieux possible une compétition d’un point de vue mental.

  • Intention: que voulez-vous de cette compétition ? Dans quel état d’esprit voulez-vous vous y présenter ? Vous pouvez trouver 3 mots qui symbolisent cet état d’esprit, par exemple « confiance, ténacité, dépassement », ou bien « plaisir, relâchement, concentration », ou tout autre mot qui représente votre intention pour cette compétition. Répétez ensuite régulièrement ces mots intérieurement, le matin juste en vous levant, avant l’entrainement, le soir en se couchant. Et surtout, ne vous limitez pas à penser ces mots intellectuellement, ressentez ces mots avec tout votre corps.

 

  • Engagement à tout donner: si vous n’avez pas décidé en amont que vous êtes prêt à tout donner et à vous dépasser, pour aller chercher le résultat que vous souhaitez, il y a peu de chance que vous fassiez cet extra effort au moment où cela fera mal. Ceci est particulièrement vrai dans les sports ou l‘effort physique est le principal élément de la performance et où l’on se bat avant tout contre soi-même avant de se battre face aux autres (course à pied, natation, cyclisme), ou il est facile de rester dans une certaine zone de souffrance déjà importante mais en dessous de ce dont on est capable lorsque la motivation, l’engagement et l’envie de tout donner sont à leur maximum. Mais cela vaut dans tous les sports, pour pousser les courses sur chaque balle au tennis, au foot ou au rugby, pour rester agressif dans les sports de combat malgré la fatigue, ou pour ne pas lâcher mentalement au golf.

 

  • Plans: Le cerveau n’aime pas l’incertitude. Avoir un plan permet d’atténuer cette incertitude et donc de diminuer l’anxiété.
    • Comprenez bien et intégrez le plan de jeu ou la stratégie définie par ou avec le coach. Si besoin, clarifiez-la.
    • Préparez des plans B, C et D en fonction de ce qui peut se passer (si vous prenez un mauvais départ, si votre équipe est menée au score, si vous perdez votre rythme ou que la dynamique change dans un match, etc…). Que souhaitez-vous vous dire et comment voulez-vous réagir dans ces situations ?

 

  • Imagerie Mentale: nous avons détaillé les bénéfices de l’imagerie mentale ou visualisation ici. Il s’agit d’une technique très intéressante dans les 2 à 3 semaines avant une compétition : Visualisez votre course, votre match, votre concours, si possible en ayant des images du lieu de la compétition (images ou vidéos trouvées sur internet par exemple). Cela permettra à votre cerveau de ressentir cet événement comme familier et non comme une nouveauté incertaine, et cela permettra également d’ancrer votre plan, stratégie, intention pour cette compétition. Nota : il se peut que la visualisation crée du stress en se projetant dans la compétition à venir et il peut être nécessaire d’adapter le script de la visualisation avec un professionnel.

 

  • Perspective : à l’approche d’une compétition, il est facile de ne considérer que 2 résultats possibles : réussite ou échec. Et comme souvent cette compétition va prendre tout l’espace mental, cela peut vite devenir, symboliquement, une question de vie ou de mort : si on échoue ou que l’on réalise une mauvaise performance, c’est comme si tout notre monde s’écroulait.  On accorde une importance exagérée à l’événement. Les trois changements de perspectives suivants peuvent aider :
    • Étendre le champ des résultats possibles en cherchant quelles autres options sont possibles au-delà de la réussite ou de l’échec : mise en pratique, apprentissage, expérience engrangée, plaisir, dépassement de soi, etc…
    • « Le succès vient de plusieurs façons, l’une d’elle est de gagner ». Cette citation signifie qu’il y a d’autres manières de considérer un résultat comme un succès. Par exemple, se tenir à un plan de jeu, être capable de revenir au score et de ne pas lâcher, prendre un risque (même s’il ne paye pas) permettant de sortir de sa zone de confort etc…
    • Considérer la compétition comme un point dans l’image globale de sa vie sportive. Dans un an, et encore plus à la fin de votre carrière ou expérience, cette compétition ne sera qu’un point parmi d’autres. Cela permet de mettre en perspective les enjeux de la compétition et de la voir comme une partie infime de votre vie sportive, qui apportera son lot d’expérience et contribuera a la performance future, quel que soit le résultat.

 

  • Lâcher prise : ceci peut semble contre intuitif, voire même en opposition avec le principe de bien se préparer à une compétition. Mais le moment de la compétition n’est plus le moment de trop réfléchir, de se poser des questions et de sur-analyser. C’est le moment de faire confiance : aux autres (son/ses entraîneurs, les autres personnes du staff, ses co-équipiers), à sa préparation, et à soi-même, à ses qualités et sa capacité à performer. Cela demande un certain lâcher prise sur notre besoin de tout contrôler, sur notre besoin de victoire et de performance. Cela demande d’être ouvert à tout résultat, afin de jouer/courir le plus relâché possible. Cela demande d’être libre d’échouer, peut-être l’habilite mentale la plus difficile à développer.

Pour finir, chacun est unique et aura des blocages différents vis-à-vis des compétitions. Pour optimiser encore plus sa préparation, il est nécessaire d’avoir une réflexion personnelle facilitée par quelqu’un d’extérieur. Si vous souhaitez le support d’un coach mental pour vous aider à trouver votre unique façon de vous préparer et d’exploiter au maximum votre potentiel, contacter nous via le formulaire contact.

Pour aller plus loin, je vous conseille de lire deux autres articles en lien avec la préparation mentale Qu’est-ce que la preparation mentale et Covid-19: gestion mentale de la crise et comment s’adapter a la situation en tant qu’athlete

Contact

Vous pouvez nous envoyer un email, nous vous répondrons rapidement.

Not readable? Change text. captcha txt
0